Google m’a tué !

Il était une fois une graphiste avec un positionnement assez clair, spécialisée en éco conception, portant des valeurs d’économie sociale et solidaire. Elle faisait son métier comme elle en avait toujours rêvé, elle était heureuse et optimiste…
Cette graphiste était positionnée en seconde, voire en troisième page sur Google et elle n’avait qu’un objectif : être première en première page avec ses mots clefs « graphiste toulouse ».
Comment ce rêve, enfin réalisé, a transformé mon regard positif sur une profession en dure réalité ???
Je vous raconte !

Être première sur la page Google avec « graphiste toulouse ».

Un projet de refonte de site en 2012 et les échanges avec ma rédactrice web préférée Céline m’avaient convaincu! J’allais travailler le référencement naturel de mon site, faire travailler Céline sur la partie contenus rédactionnels et optimisation, ensuite je ferais vivre le site, j’aurais ma petite partie blog, quelques inscriptions sur les moteurs et j’y arriverai! J’y arriverai à être en première page sur Google !
La clef de la réussite et du succès pensais-je…
Au bout de quelques mois, plusieurs mois même, c’était fait : Coquelicom en première page sur Google  (j’ai une botte secrète, faites comme moi, allez aux apéros SEO et vous aurez quelques clefs pour mieux vous référencer ;-D)!
Coquelicom recevait enfin plein de demandes de devis, d’appels, mais aussi CV, demandes de stages etc…

 

Avant en 3e page j’étais joyeuse et j’avais un sacré taux de conversion !

Avant d’être en première page Google, ma vie était cool et simple : je travaillais en freelance. Mon chiffre d’affaire progressait doucement mais sûrement. J’aimais mon métier, mes clients arrivaient par bouche à oreille et évoluaient souvent dans les mêmes réseaux que moi.

Un bon taux de conversion

Ce qu’on appelle dans le jargon des businessmen « le taux de conversion » de mes prospects en clients était super bon, pas loin des 70% voire même 80% la première année.

Les graphistes se plaignaient du marché, j’y croyais moyen!

J’entendais bien les autres graphistes qui râlaient, se plaignant du marché qui s’effondrait, des clients qui n’avaient pas de budget ou ne voulaient pas payer…
Je pensais « les amis,  arrêtez de râler, c’est parce que vous n’avez pas trouvé votre clientèle en phase avec vos prestations »! Je croyais moyen à la conjoncture, à la concurrence de Wilogo et à l’unique critère de choix : le prix.

Je n’imaginais pas que seul le critère du prix était pris en compte !

Moi je croyais à la qualité d’un book, aux qualités humaines du graphiste, aux compétences, à la réactivité, au rapport qualité prix d’une presta, au ratio prix/jours et temps de travail passé pour se faire une idée du travail engendré etc. .
Le prix n’était qu’un argument parmi tant d’autres. Le professionnalisme faisait la différence !
Ça c‘était avant… avant que je ne sois bien référencée sur Google… Sur ma fameuse première page…

 

Aujourd’hui je suis en première page Google et j’ai multiplié par 4 mes demandes de devis !

Le rêve de la première page Google, on l’a tous eu, on a tous cru que c’était l’Eldorado, qu’on aurait plein d’appels et que le chiffre d’affaire augmenterait avec notre première place.

Effectivement j’ai beaucoup de demandes de devis :

Multiplié par 4 depuis quelques mois, j’ai des demandes des universités, des institutions (enfin celles qui sont hors appels d’offre hein, je vous invite à lire mon petit article à ce sujet) de grosses structures crédibles avec des services « communication ».
De la grosse créa, aux supports multiples, d’affiches, aux supports multipages etc… il y en a pour tous les goûts.

Mais j’ai aussi  pleins d’autres demandes qui me font perdre du temps :

  • Cv, lettres de motivations, embauches, stages, etc… C’est au mininum deux à trois candidatures par semaine (auxquelles je réponds of course !) + 1 appel par semaine.
  • Demandes de créations avec zéro budget
  • Des demandes de fabrication de packaging mais je sais pas pourquoi!!! Je suis designer de packaging pas fabricant!

 

4 x plus de devis pour 0 contrat signé = temps perdu !

Alors oui, j’ai 4 fois plus de demandes de devis, mais comment ça se passe au final. Quel bilan ? Quel gain m’a apporté cette place en première page Google ?

Des prospects exigeants, qui vous font bosser à leur place!

Sur 90% des demandes, on m’a demandé en plus du devis de création graphique, un devis d’imprimeurs. Il arrive aussi qu’on me demande un devis d’imprimeur, une fois le devis de créa reçu (pas dans la demande initiale donc). Bonne commerciale, je le fais. Et une fois que le prospect l’a reçu, il me dit que je suis pas prise car trop chère (mais sinon il y a deux heures, quand vous m’avez demandé le devis, j’étais pas déjà trop chère???).

0 euros de gagné – 100% de temps de perdu

Avant de faire un devis, je rencontre le prospect ou nous faisons un RDV téléphonique et on aborde bien entendu les délais, les contraintes, les budgets etc… Parfois on ne veut pas me donner de budget ou de fourchette.
Sur les 16370 € de devis émis depuis 3 mois pour des prospects arrivés uniquement par mon site Internet, je n’ai signé aucun contrat. Bien entendu, si autrement que par mon site je n’en signais pas non plus, j’en aurais tiré la conclusion de me retirer définitivement de la vie graphique toulousaine :-D.
Vous vous demandez sûrement quelles sont les raisons de ces réponses négatives suite aux devis?

Seul le prix compte !

Bien entendu, à chaque réponse négative je leur demande pourquoi. Car j’ai toujours respecté les budgets indiqués ou dépassé légèrement, quand, entre le budget annoncé et le RDV la demande avait changé (oui ça arrive aussi) :

  • On a pris moins cher
  • Le prix
  • On a préféré une offre a 800€ pour un créa de plaquette A3 R/V, avec plan à redessiner et une affiche à décliner
  • Vous avez été super réactive et votre offre nous allait bien sauf qu’on a pris moins cher
  • Moins cher
  • Moins
  • Cher

 

Quel temps perdu!

Vous imaginez bien, le temps qu’il faut pour :
traiter les mails, prendre son téléphone, faire un tour d’horizon, une prise de besoin, un RDV téléphonique ou physique avec déplacement donc, rédiger son devis, prendre le temps de bien le ficeler, rédiger le petit mail qui va accompagner le devis (toujours personnalisé chez moi) , parfois même accompagné du devis de l’imprimeur (demande de devis, relance, réception du devis, vérification, etc. )… .

Un taux de conversion pourri = vision du marché beaucoup plus pessimiste !

1er page = bcp + de demandes =  + devis (je ne réponds qu’aux demandes viables) = 0€ de gagné = taux de conversion tout pourri = temps perdu
Je ne calcule même pas mon taux de conversion actuel, j’ai peur !

Au final on peut vite devenir aigrie et penser que notre Win légendaire nous a quitté !  Mais non cocotte tu as juste : Coquelicom en première page de Google.

Et alors, les copains qui se plaignaient du marché, plaintes pour lesquelles je ne me sentais pas trop concernée : mea culpa.
Non seulement le marché est tiré par le bas par des demandes extravagantes, pas du tout en phase avec les budgets disponibles, mais en plus, on attend du conseil, de la souplesse, des graphistes contortionnistes quoi !

 

Nivellement par le bas ou Résistance ?

Au final il suffirait de baisser ses prix et la qualité des presta et on gagnerait du flouz. On ferait de belles bouses, les services com n’auraient pas payé cher, alors ils s’en foutrait un peu. On finirait de liquider notre marché qui est déjà en piètre état et on serait tous remplacés par des graphistes débutants/stagiaires suisses qui feraient un « graphique-faux-pas » en mettant la photo du petit Grégory pour la fête de la crêche municipale…

Mais moi je dis Résistance!!

Si vous saviez ce que ça peut être tentant de baisser son devis en se disant « j’y passerais moins de temps ».
Mais non à la fin !
Pour faire une belle créa, quand j’engage ma responsabilité sur la création d’œuvre originale, jolie et en phase avec le brief j’ai besoin de temps. Et le temps c’est de l’argent.
Je ne suis pas payé pour vérifier des contenus, pour conseiller mon client sur ses choix de communication quand on me sollicite en tant que graphiste (j’interviens en gestion de projet donc la presta est différente dans ce cas), pour lui faire ses demandes d’imprimeurs et autre secrétariat. Non je suis payée pour produire,  ce temps est incompressible et nécessaire pour garantir une création originale digne de ce nom.
Ce temps de création se paye.

 

Et comment je fais pour repasser en 3è page Google maintenant ?

  • J’arrête d’écrire des petits articles sur mon blog ? Pour ne pas « donner à manger » à Google ?
  • Je mets des « do not follow » sur mon robot.txt ?
  • Je demande une pénalité à Google ?
  • Autre ?

Je finis sur le ton de l’humour, parce qu’au final, ça se régulera dans le temps et je finirais sûrement par ne plus y répondre, mais c’est quand même un triste constat et c’est vraiment pas bon pour le moral tous ces refus, ce taux de conversion qui descend et la productivité avec :-D!!
Je pensais que ça ramènerait des clients et finalement, le manque de ciblage ne semble pas me servir!

Enregistrer

Enregistrer

20 réflexions sur “ Google m’a tué ! ”

  1. Bravo. Bonne prise de position que je partage. Il y a beaucoup de clients qui se trompent de problème car il traitent leur com comme un consommable. (Moins c’est cher, mieux c’est) Hors, la com, c’est un investissement. Dans ce cas, ce qui compte, c’est le retour sur investissement. Payer moins cher ses supports ne les rend pas forcément plus rentables. Un client qui a compris ça fera attention à fournir un brief precis pour optimiser ses chances de réussite et pensera à mesurer les retours. La nature est finalement bien faite car l’autre client ne vérifiera jamais les résultats de sa campagne. Et il sera ravi d’avoir cramé son budget dans 12 réunions et 14 rétro plannings pour finir avec une créa à base de comics et de zapfino sur une photo phovoir.

    Dans les deux cas, il faut choisir son camp. Quand j’ai débuté il y a 10 ans, j’étais bien content que des clients soient prets à confier leur travail à un gamin qui bossait dans un cagibi pour peu qu’il soit 4 ou 5 fois moins cher et qu’il accepte de travailler la nuit.

    Peut-être devrais tu qualifier d’avantage ton offre dés la page d’accueil de ton site. Tu rebuteras ainsi ceux qui cherchent du discount et séduira probablement d’avantage les clients qui cherchent une prestation de qualité.

  2. Bonsoir

    Continue d’écrire des petits articles mais fourre z y tous les synonymes de QUALITÉ.
    Ton article m’a fait réfléchir : il faut décourager ceux qui viennent pour avoir 10 devis des 10 premiers graphistes trouvés. Ce sont des cost-killers rationalistes qui ne laissent pas de place à l’échange, à la sensibilité .
    En 3ème page tu avais ceux qui étaient sur la même longueur d’onde que toi, ils avaient bien cherché et t’avaient trouvé TOI, les autres avaient trouvés d’autres « karma »

  3. Héhé, incroyable … ou alors avec un mot clé qui corresponde plus à ce que vous proposez : « graphiste toulouse au juste prix et sans devis d’imprimeur » – je vérifie le volume … hum, je sors !

  4. Ah les apéros SEO, on en apprend de belles.

    Finalement, pour résumer tes propos, je dirais que tu as perdu la phase avec ta clientèle. Le 1er résultat a forcé ta visibilité et les clics en pagaille mais tu as perdu le fameux essentiel, la qualification de ton prospect.
    Alors oui et non pour Google, je penche plus pour des clics non réfléchis : ils voient le résultat top, ils foncent sans comprendre ni interpréter. En Xème position, tes prospects ont eu le temps de faire X analyses de sites/devis avant de venir chez toi d’où une clarté dans le brief et une qualification plus optimale.

    Enfin, quoi qu’il en soit, pour séparer le bon grain de l’ivraie, tu fais comme beaucoup de boites en passant ton devis payant et ton déplacement payant.
    J’avoue qu’un devis payant, je trouve que c’est abusé mais, si cela te permet d’avoir des clients, tant mieux.
    Par contre, pour les déplacements, la facturation est quasi obligatoire quand même : entre le matériel (voiture, carburant, assurance) et le temps, un déplacement physique gratuit est utopique.
    J’aime bien l’utopie 🙂

  5. Bravo et merci pour cet éclairage, pas de langue de bois, du concret et une réalité…….je vais partager votre expérience ! Merci !!
    votre univers graphique est riche et très intéressant….je garde l’adresse !!
    Cordialement
    Christophe

  6. Oui par contre sur ces mots clefs là je sors maintenant!
    Disons que le devis d’imprimeur c’est un peu le truc en plus c’est un peu comme Easyjet, tu as le billet d’avion mais t’as pas la place garantie ni la petite boisson…
    On ne peut pas imaginer qu’avec un budget dérisoire on puisse avoir le beurre l’argent du beurre et la crémière…

    Puis l’exemple du devis, quand il est demandé des le début par le client, je peux comprendre, lorsqu’il y a des offres a comparer, mais le demander 1 h avant de me dire « on te prend pas » c’est pas sérieux!

  7. Je ne ferai pas de devis payants, l’idée n’est pas de tomber dans une sorte d’élitisme non plus.
    Le déplacement dans Toulouse idem, j’y vais quand je pense que c’est dans mes cordes et que le budget peut passer.
    Et je ne le fais pas payer. C’est normal de mon point de vue d’aller voir un prospect!
    Tout ça se régule dans le prix des prestations.
    Et tu peux pas savoir qu’à la base le budget de ton client est pour une plaquette A4 en 1000 ex impression comprise et qu’une fois que tu arrives dans les locaux, c’est du A3, en 3500 ex.
    (au final ça ne me laisse plus du tout le même budget pour la créa, l’impression étant incompressible, donc une presta qui semblait viable au tel ne l’est finalement plus lors du déplacement, et tu t’en rends compte trop tard…).
    Bref, je pourrais jamais empêcher un prospect de changer d’avis entre mon appel et le RDV…

  8. Noté pour les articles, mais j’écris parce que j’ai des choses à dire avant tout ;-D
    J’ai d’ailleurs fait le tour des books des 2 premières pages de graphistes, c’est pas les meilleurs du tout! Les bons graphistes toulousains que je connais n’y sont même pas, enfin sauf un qu’est très bon ( Takt) et qui mérite largement d’être en première page!
    Et souvent des offres genre « pour 549€ votre site Internet » LOL…
    bref, faut que je fasse un logo pour expliciter, mais je suis même pas sure qu’ils regardent…
    Rares sont ceux qui m’ont dit « on a vu votre book, on a aimé, on a cliqué », ce qui est la base tout de même…

  9. Oui, je vais qualifier mon offre, mais un très bon rapport qualité prix c’est exactement ce qui me qualifie! Le pb c’est que ça fait ptet discount.
    Je vais zapper l’argument prix alors? Et mes petits entrepreneurs que je risque de rater car ils vont se dire « elle doit être trop chère »??
    Bon ok faut faire des choix 😀

  10. Pour info ceci est un commentaire de client. il a su mettre le budget pour doter son entreprise d’un beau site Internet qui fait la différence! C’est typiquement ce genre de client que je souhaite toucher! Et ce client m’a trouvé par le net!
    Mais c’était avant que je sois en première page…
    Alexandre, je ne râle pas, je partage mes points de vue et mes expérience ;-D

  11. Salut,
    Je suis pas du tout graphiste mais je m’intéresse beaucoupà tout ce qui est référencement. J’ai donc « bien aimé » la relation que vous faites entre votre positionnement et votre taux de conversion.

    J’en viens simplement à me demander une chose, vous arrivez en 1ère place sur Google :
    – Les grosses boites elles ne réfléchissent pas vraiment, elles se disent 1ère place = gros truc cher, donc on va demander un devis mais de toute manière on prendra quelqu’un d’autre.
    – Les petites boites, elles, elles réfléchissent plus car elles ont pas le même budget mais peut être pensent elles comme les grosses boites, 1ère place donc pas pour moi.

    Vous n’êtes donc plus juger par rapport à votre travail mais par rapport à l’idée que les gens se font de vous par rapport à votre place sur Google.
    Je trouve cela étrange mais c’est pourtant bien ce qui se passe dans votre cas, si l’on compare votre taux de conversion en 3ème place de la SERP avec celui de la 1ère place.

    Après, peut être que le fait d’être 1ere vous permettra de travailler avec « gros client » que vous n’auriez pas eu en étant en 3ème place.

    Bonne continuation

  12. Après il n’y a pas que la première place qui compte, il y a le book, le positionnement etc…
    Donc j’en ai fait une déduction par le simple changement de position dans google car c’est la seule chose qui à bougé.
    Mon book et mes compétences sont identiques.
    Effectivement, j’ai eu des demandes de structures que je ne touchais pas avant. Et même si la structure est grosse ça ne veut pas dire gros client.
    La preuve aucun de ces contacts ne c’est transformé en contrat.
    D’ailleurs je suis même étonnée que ces structures n’aient pas déjà quelques graphistes avec qui elles bossent régulièrement…

    C’est quoi un gros client?
    J’ai eu des presta a 50 euros 10 fois plus rentables que d’autres à 6000 euros. 😀

  13. Merci pour ce partage.

    Il est inutile de se positionner sur une requête aussi générique que « graphiste toulouse ». Tu est tout de suite en concurrence avec des grosses agences ou des casseurs de prix (AE, étudiants, chômeurs…). Avec un positionnement aussi spécifique je t’invite a te placer sur des expressions de longue traîne, beaucoup plus spécifiques à ton offre.

    Les contacts seront beaucoup moins nombreux mais aussi beaucoup plus qualifiés.

  14. Bravo pour cet article ! Le titre est accrocheur/évocateur. Je ne m’attendais toutefois pas à cette conclusion. C’est vrai que le référencement naturel n’est pas « la réponse à tout » en matière d’accroissement du CA. Il faut effectivement tenir compte du process de « fabrication » de l’entreprise. Si le référencement naturel (ou commercial) augmente votre nombre de devis, mais que chaque devis nécessite un temps de fabrication non payé (normal… On en est tous là…), eh bien c’est à calculer… Encore une fois. Belle article ! Merci.

  15. Je suis en train de vivre la même choses 🙂 j’arrête pas de perdre du temps car je suis bien référencée… Mais là je pense sérieusement à changer de métier, car j’en ai marre d’être traitée comme une marchande de tapis !

  16. Très sympa ton papier. Je suis 100% d’accord. J’ai du boulot régulièrement sans aucun démarchage. Tout est basé sur un entretien minutieux de mes réseaux (suis aussi dans l’ESS), et attentif à une véritable qualité relationnelle avec mes clients et partenaires.
    Par ailleurs je ne m’inquiète pas pour toi, tu fais du joli travail. Bravo !
    Je te souhaite une belle fin de journée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *